Organisation

Un site utilisant Réseau HU Paris Nord Val de Seine

Recherche Innovation Centres d'excellence

Organisation

L’organisation de la recherche au sein des HUPNVS

Qui sommes-nous ? 

Le groupe des hôpitaux universitaires Paris Nord Val de Seine (HUPNVS) a été constitué le 1er janvier 2011. Il rassemble quatre hôpitaux et un EHPAD (Adelaïde-Hautval), avec une orientation médicale, chirurgicale et obstétricale Beaujon, Bichat – Claude-Bernard et Louis-Mourier et gériatrique pour Bretonneau et Adelaïde-Hautval. Le groupe couvre les besoins d’un large territoire de santé au nord de Paris (75, 78, 92, 93, 95) caractérisé par d’importants besoins en santé (faible démographie médicale, population modeste). Ces hôpitaux couvrent  la majeure partie des spécialités médicales et chirurgicales et des modes de prise en charge. Ils soignent les patients à tous les âges de la vie et offrent des soins complémentaires de proximité, d’expertise et de recours. Il accueille ainsi près de 870 000 patients chaque année.  Constitué de 10 pôles et 58 services, le groupe comprend 2 188 lits et 212 places d’hôpital de jour. 10 000 professionnels en assurent le fonctionnement. Les HUPNVS étaient dotés en 2016 d’un budget de 796,7 M€ dont 30,7 M€ d’investissement.

Le Groupe Hospitalier est associé à la faculté de médecine Paris Diderot (Paris VII). Il forme plus de 1000 internes et étudiants en médecine et abrite un institut de formation en soins infirmiers et un institut de formation des aides-soignants.

La recherche au sein des HUPNVS

Forts de leur importante activité de soins et de recherche, le groupe des HUPNVS est un des principaux acteurs nationaux en matière de recherche, avec un niveau élevé d’essais cliniques (score SIGREC 2016 de 1084, 4e rang AP-HP) et de publications scientifiques (score SIGAPS de 64 7771, 3e rang AP-HP, soit plus de 1 265 publications annuelles, dont 53% sont classées en A et B). Sa recherche est à vocation translationnelle (fondamentale et clinique) et s’inscrit dans de nombreux partenariats.

Au-delà des bâtiments hospitaliers, le campus HUPNVS comprend sur le site Bichat une antenne de l’UFR de Médecine Paris-Diderot (bâtiment universitaire d’enseignement et de recherche) et un bâtiment Inserm. Les structures de recherche comptent au total 4 unités Inserm, la structure FRIM, deux CIC, trois DHU labellisés : FIRE pour Fibrose, Inflammation, Remodeling dans les maladies cardiovasculaires, respiratoires et rénalesUNITY pour la prise en charge des maladies digestives difficiles, Risques & Grossesse (avec le PRES Sorbonne-Paris-Cité) et 2 RHU. L’ensemble des structures accueillent un effectif de 700 professionnels de recherche Inserm et CNRS, universitaires, hospitalo-universitaires et hospitaliers. Il est associé au laboratoire d’excellence (Labex) INFLAMEX pour le traitement des maladies inflammatoires et par l’Université Paris Diderot, aux hôpitaux Saint-Louis, Lariboisière et Robert-Debré.

Cette activité est pleinement portée par le directeur de l’établissement, François Crémieux, la directrice de la recherche, Professeur Catherine Boileau, et la commission médicale d’établissement locale présidée par le Professeur Bruno Crestani.

Gouvernance médicale de la recherche au sein des HUPNVS

Le groupe hospitalier des HUPNVS a fait le choix en 2015 de missionner pour coordonner la recherche un chercheur spécialisé dans la découverte génétique, le Pr Catherine Boileau et des référents recherche. Une plateforme d’aide à l’investigation transversale unique et mutualisée de gestion administrative et financière de la recherche a également été mise en place.
Objectifs : Favoriser la lisibilité et la visibilité des activités de recherche au sein du Groupe Hospitalier, réduire les délais de mise en œuvre et de réalisation des projets de recherche tout en respectant la législation et poursuivre les efforts liés à la professionnalisation du personnel dédié à la recherche clinique.

Le professeur Catherine Boileau nous donne sa vision de la recherche aujourd’hui : « Nous sommes un centre hospitalier d’excellence en termes de recherche, dans un contexte de concurrence rude. La science avance rapidement et dans l’urgence, tandis que le rythme international s’accélère. Il est important de maintenir notre avance, tout en restant dans le respect de la réglementation en vigueur. Le but est donc de conserver un équilibre entre performance et rapidité. C’est un objectif très difficile à accomplir, mais un compromis à trouver qui est porteur de fruits à venir. La recherche est aussi un signe de l’activité du CHU, d’où sa valeur prioritaire.

Il est important de préserver une coopération optimale entre le groupe hospitalier, l’UFR et l’université, ainsi qu’entre les directions. Une des stratégies à adopter, c’est de porter la politique de recherche à l’extérieur du groupe hospitalier. La recherche n’y est pas assez reconnue. C’est pourquoi nous devons faire rayonner les travaux de recherche hors des murs de l’hôpital afin de susciter des partenariats, qui nous fourniront soutien et moyens. Enfin, il ne faut pas négliger la montée en puissance de l’informatique, qui sera d’une grande aide pour la recherche, d’abord parce qu’elle permet la mise en commun de moyens de compétence pour développer de nouveaux outils d’analyse, mais aussi parce que les outils informatiques vont permettre d’exploiter l’ensemble des données issues du soin et de la recherche.»

Téléchargez l’organigramme de la recherche